Sud de l'Islande



Le sud de l'île est dédiée à la nature. Une nature forte, puissante, empreinte de légendes. Entre falaises, chutes et orgues basaltiques, la nature est omniprésente. Pas étonnant que les moutons parsèment plaines et collines et que les oiseaux y trouvent refuge, comme sur l'île de Surtsey, jeune d'à peine plus de quarante ans.

Sommaire

Vík

Skaftafell

Surtsey



Vík



Vík est l'endroit le plus pluvieux d'Islande, réputé pour sa fabrique de laine, sa plage de sable noir et sa superbe église.

Elle est située à l'extrême sud de l'île, dans une région très verte, peuplée principalement de moutons, vaches ou chevaux. La ville ne compte que 300 habitants, 600 dans le district. Les macareux moines ont, eux, élu domicile sur le promontoire de Dyrhólæy, à quelques kilomètres de là. Enfin, les sternes arctiques y ont établi leur plus importante colonie. Les 595km2 du glacier Mýrdalsjökull dominent la ville.

Historique

La ville de Vík a été fondée au début de la colonisation de l'Islande. Mais la ville ne prend vraiment son essor qu'en 1890 lorsqu'un un marchand s'y installe pour vendre de la farine, du sel, du sucre et des légumes. Aujourd'hui, ce passé laisse des traces : la ville possède pas moins de cinq supermarchés. Les années passant, la ville devient le lieu de rencontre de tous les fermiers de la région. Même si aujourd'hui la population décroît régulièrement, Vík reste un important centre régional et touristique.

Les trolls pétrifiés

Les Reynisdrangar (les rochers des trolls) surveillent la côte au large de Vík : trois pitons rocheux, hérissés de pointes. La légende veut qu'un bateau se soit échoué sur la plage. Un trois-mâts gigantesque. Deux trolls essayèrent de ramener le bateau sur la plage. Mais tout à leur besogne, ils ne virent pas le soleil se lever et furent pétrifiés. Au petit matin, lorsque les aiguilles de Reynisdrangar sont lovées dans la brume, l'histoire de ces trolls prisonniers pour l'éternité semble bien plus qu'une légende.

L'église de Vík

L'église de Vík a été construite en 1934 sur la plus haute colline de la ville, visible par tous. Son toit rouge et ses murs blancs sont sublimés par le contraste avec la couleur des montagnes qui l'entourent. Au printemps, des lupins bleus encerclent le bâtiment, qui est l'une des fiertés du village.

Les fabriques de laine

Vík s'est également taillé une réputation internationale grâce à ses nombreuses fabriques de laine, et notamment la Vík Wool. Les pulls sont fabriqués juste à côté du magasin. Il est même possible de regarder les ouvrières travailler la laine. Les pulls islandais, reconnaissables à leurs couleurs criardes, sont bien sûr en vente, avec d'autres produits type couvertures, écharpes, gants, chaussettes, etc.

Les falaises de Dyrhólæy

Dyrhólæy est le point le plus au sud de l'Islande. Ces falaises de 120m de haut, sont de véritables dortoirs pour des milliers d'oiseaux marins, notamment pour les macareux. Pour protéger leur nidification, l'accès aux falaises est d'ailleurs interdit de mai à fin juin.

Du haut des falaises, le panorama sur les plages de sable noir est magnifique. Ces plages sont parmi les plus belles au monde notamment grâce à leurs grottes d'orgues basaltiques.

Seljalandfoss et Skógafoss

Les chutes de Seljalandfoss, 65 mètres de haut, sont à observer sous tous les angles. Sans exception. Car il est rare, même en Islande, de pouvoir passer derrière le rideau de la chute d'eau. Bluffant.

À Skógafoss, impossible de contourner la chute. Peu importe, les arcs-en-ciel qui l'enjambent sont tout simplement magnifiques. Une légende raconte que le trésor du Colon Drasi est caché derrière la chute.


(Haut de page)


Skaftafell



Skaftafell est le plus grand parc national islandais. Il englobe le Vatnajökull, le plus grand glacier d'Europe, ainsi que quelques merveilles de la nature islandaise, notamment les chutes de Svartifoss.

Situé au sud de l'île, le glacier du Vatnajökull est le plus grand d'Europe : 8400 km2 (la taille de la Crète), près d'un kilomètre d'épaisseur par endroit. Ses langues de glace dominent la route n°1 et encadrent des îlots de verdure.

Svartifoss

Le Skaftafellsheiði est un promontoire rocheux situé entre deux langues du glacier. Au pied de ce promontoire, plusieurs cascades entrecoupent un torrent. La plus belle d'entre elles est sans conteste Svartifoss, la cascade noire. Les orgues basaltiques l'entourent, formant un petit cirque.

Autour de la cascade, du vert à l'infini. Les moutons n'ont pas droit de pâturage au sein du Parc Naturel. La végétation est préservée. Le noir des orgues n'en est que plus profond.

Les volcans

Le parc naturel de Skaftafell, fondé en 1967, est également émaillé de nombreux volcans qui sommeillent. Parfois, ils reviennent à la vie. Le Grímsvötn est le volcan le plus actif s'Islande. Il serait entré en éruption plus de quarante fois. Les éruptions de volcans enfouis sous la glace sont les plus impressionnantes, et les plus dangereuses. La chaleur de la lave fait fondre la calotte glaciaire. De la vapeur d'eau remonte à la surface, chargée de cendres.

Parfois, le magma entre directement en contact avec la glace. Des coulées d'eau soufrée dévalent alors le glacier et dévastent tout sur leur passage. C'est le Jökulhlaup.

Skeidarársandur

Cette plaine alluviale ce dresse entre le glacier et la mer. 1000m² de sable, la plus grande étendue d'Islande. La route n°1 étant coincée entre cette plaine et le glacier, l'Homme se sent alors tout petit, vulnérable face à l'immensité et la force de la nature.

Les fermes de Skaftafell

Les terres de Skaftafell faisaient partie d'un immense domaine sur la plaine. Les fondations des maisons sont encore visibles. Mais la nature a rapidement repris ses droits. Les alluvions ont progressivement recouvert les terres fertiles de la ferme. Trois fermes sont alors déplacées plus haut, isolées du monde : Bólti, Hæðir et Sel. Deux sont encore habitées, la troisième est abandonnée depuis 1946.


(Haut de page)


Surtsey



Une des îles les plus jeunes du monde. Née en 1963 après une éruption volcanique sous-marine au large de l'Islande, l'île de Surtsey vient d'être classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. Véritable sanctuaire réservée aux seuls chercheurs, l'île de Surtsey est un trésor géologique, zoologique et naturel déjà condamné à disparaître.

Localisation

L'île de Surtsey est situé à 32km au sud de l'Islande, près de l'archipel des Vestmann. Elle est le point de l'Islande le plus méridional. L'île est totalement inhabitée et protégée : seuls les chercheurs peuvent fouler son sol, non sans précautions.


L'île en elle-même est composée de deux cônes volcaniques : Surtungur à l'est et Surtur à l'ouest. Chacun forme un point culminant sur l'île : Vesturbunki et Austurbunki, respectivement 141m et 157m de haut (en 2008).

Le patrimoine mondial

En 2001, le gouvernement islandais propose que l'île de Surtsey soit inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO. En Islande, seul le parc national de Þingvellir a eu droit à cet honneur en 2004. Finalement, en 2008, l'UNESCO accède à la demande islandaise.

Historique

14 novembre 1963, une éruption gigantesque se déclenche à 130 mètres de fond. Le 5 juin 1967, l'éruption se termine enfin. Un peu moins de quatre ans d'une activité volcanique intense ont créé une toute nouvelle île, nommée Surtsey, en référence à Surtur, le génie du feu de la mythologie nordique, l'équivalent du Vulcain des romains.

En 1967, l'île mesure 2,7km2, son point culminant étant de 173 mètres de haut. Mais la surface de l'île est composée de Tephra, un minéral très fragile. Avec l'érosion de l'eau et de l'air, elle ne mesure plus que 1.5km2 en 2005. Selon les prévisions des spécialistes, en 2130, sa taille très réduite devrait se stabiliser, tout le Tephra aura été érodé. L'île pourrait toutefois totalement disparaître dans 500 ans au plus tard. Sauf nouvelle éruption bien sûr.

Réserve naturelle

Dès sa formation, les scientifiques ont compris tout l'intérêt d'une telle île : un territoire totalement vierge, non contaminé par l'homme, sans aucune implantation végétale ou animale.

L'île est interdite au public, sous strict contrôle du Museum d'Histoire Naturelle de Reykjavík. Seul son survol par avion est autorisé.

Dès juin 1965, une première plante apparaît, puis des mousses, puis des lichens. Mousses et lichens finissent d'ailleurs par recouvrir la majorité de l'île. Trente espèces végétales sont aujourd'hui installées sur le sol de Surtsey. Environ 2 à 6 espèces supplémentaires colonisent l'île chaque année.

Les oiseaux sont eux arrivés trois ans après la fin de l'éruption : des fulmars puis des guillemots. Les mouettes ne se sont installées qu'en 1986, les premiers macareux moines en 2004. En outre, l'île est devenue un point d'arrêt pour certains oiseaux migrateurs.

Soixante-dix phoques vivent sur Surtsey. Les premiers sont arrivés dès la fin de l'éruption, puis la colonie s'est progressivement agrandie. Phoques gris et phoques communs cohabitent. La vie sous-marine s'est également développée : étoiles de mer, varech et algues ont été observés dans les fonds marins entourant Surtsey.

Téléchargez le diaporama de Gérard Vautey, retraçant lors de son séjour sur l'île en 1964. Ou téléchargez le fascicule (en islandais) pour des photos, des précisions techniques et voir l'évolution de l'île sur plus de quarante ans.



(Haut de page)


Sources



Islande, Le Routard, Hachette.

Islande, Lonely Planet.

Islande, Guide Vert, Michelin.

Islande, Le Petit Futé.

Islande, Guide du Voyageur, Marcus, 2006.

Toutes les sources du site Toute l'Islande ici.


(Haut de page)



© 2008-2014 www.toutelislande.fr - Copyright Aurore Guilhamet
Contact : toutelislande@hotmail.fr