Islande, pays de glace



Islande, le pays de glace. Le pays porte bien son nom puisqu'elle abrite le plus grand glacier d'Europe : le Vatnajökull. En islandais, cela signifie "glacier des eaux".

Au sud du glacier, se trouve un endroit très prisé des touristes : Jökulsárlón. Ce lac est parsemé de mini-icebergs ayant décroché du glacier.

Quand on pense Islande et glacier, on pense également aux fjords qui parsème les côtes du pays. Des havres de paix.

Sommaire

Le Vatnajökull

Jökulsárlón

Les fjords



Le Vatnajökull



Le glacier

Sa superficie avoisine les 8400 km², il couvre ainsi environ 8% de la surface du pays. L'épaisseur de la calotte glaciaire peut atteindre jusqu'à 1000 mètres. Situé au sud-est de l'île, il s'est formé il y a 2500 ans.

Évidemment, le glacier a évolué depuis sa naissance. On sait qu'au moment de la colonisation, au IXème siècle, il était beaucoup plus petit qu'aujourd'hui. À cette époque, la montagne Esjufjöll était hors du glacier. Aujourd'hui, elle y est en plein milieu.

Le glacier, depuis sa formation, n'a cessé de grossir. Mais ces derniers temps, la tendance s'inverse. L'activité volcanique et le réchauffement climatique rogne sa superficie. Les scientifiques estiment une disparition totale du Vatnajökull dans les cent ans.


Activités volcaniques

Sous la calotte, situé en partie sur le rift médio-atlantique, de nombreux volcans sont toujours actifs, tels que le Hvannadalshnjúkur (Bárðarbunga). Ce volcan est d'ailleurs la plus haute montagne du pays avec ses 2110 mètres.

En 1996, le Grímsvötn, volcan sous-glaciaire, est entré en éruption provoquant de lourds dégâts, notamment par le déferlement de la fonte d'eau sous l'effet de la chaleur du volcan. C'est ce que l'on appelle le jökulhlaup. C'est un terme spécifiquement islandais qui signifie "course de l'eau".

Sa dernière éruption date de 2011. Elle a été une des plus puissantes du pays ces cent dernières années, dépassant la plus connue de ces dernières années : celle de l'Eyjafjöll en 2010. Chaque éruption volcanique se conclut par un dépôt de cendres sur l'île, extrêmement dangereux pour la nature et la faune.



(Haut de page)


Jökulsárlón



Le Jökulsárlón se situe au sud-est de l'île, entre Skaftafell et Höfn. Il est à la pointe sud du glacier Vatnajökull. En arrière-plan du lac, profond de 200 mètres, les flancs du glacier Vatnajökull se dessinent. Certaines langues du glacier débordent d'ailleurs par-delà les montagnes.

Phénomène naturel spectaculaire, le Jökulsárlón est un lac composé de centaines d'icebergs. Ce lac appartient à une lagune glaciaire découlant du Vatnajökull. Cette lagune porte le doux nom de Breiðamerkurjökull.

Le lac de Jökulsárlón est tout jeune. Il n'existait pas au début du XXème siècle. Il ne s'est formé que très récemment, à partir des années 30, suite à la régression du glacier. D'après certains scientifiques, le lac gagnerait 100 mètres sur le glacier chaque année.

Le Jökulsárlón, paysage si particulier, a été utilisé comme décor de film, notamment dans les James Bond Dangereusement Vôtre et Meurs un autre jour. Une des scènes de Tomb Raider y a également été tournée. Plus récemment, l'Islande a servi de décor pour la série Games Of Thrones, lors des scènes au-delà du mur.

Couleurs et formes

Même si les tons restent similaires, les couleurs des icebergs sont un condensé de nuances et de dégradés. Ils peuvent être blancs, bleus pales, bleus, ou bleus plus foncés, certains sont même noirs.

Les caractéristiques de ces couleurs ont toutes une explication. Le noir s'apparente aux volcans. Les cendres se déposent tout simplement sur les icebergs et leur donne cette couleur sombre.

Les nuances de bleu s'expliquent par la réflexion de la lumière de l'eau, mais aussi par l'eau de fonte regelée. d'ailleurs, quand un iceberg apparaît dans un bleu ciel limpide, cela signifie qu'il vient juste de se retourner. La partie immergée devient submergée et inversement.

Le blanc est tout simplement la couleur de la glace en bloc. Moins la glace est épaisse, plus sa couleur est translucide, voire transparente.

La lumière du jour modifie elle aussi les couleurs. Les reflets du soleil donnent d'ailleurs un scintillant aux icebergs.

Les icebergs sont tous de tailles et de formes différentes, d'autant plus que leur fonte est constante (soleil, érosion de l'eau). Les plus petits morceaux de glace dérivent jusqu'à la mer via la rivière Jökulsá. Certains échouent sur les plages de sable noir.

La faune

La faune du Jökulsárlón est un microcosme de l'Islande. On peut principalement y observer des phoques, des sternes arctiques et des labbes.

À l'ouest du Jökulsárlón, un pont enjambe la rivière Jökulsá. Avant sa construction et avant même la naissance du lagon, le fleuve était quasi infranchissable. Les hommes devaient le contourner par le glacier, souvent au prix de leur vie. Le secteur était tellement redouté que l'imaginaire collectif y fît naître un démon aquatique, sorte de puissant chat qui attrapait ses proies pour les entrainer au fond de la rivière. Le monstre de la Jökulsáe apparaît comme un redoutable concurrent du monstre du Loch Ness.


(Haut de page)


Les fjords



Sans atteindre ni la renommée ni la beauté de leurs homologues norvégiens, les fjords islandais sont tout aussi majestueux et spectaculaires. Les côtes du sud-est et du nord-ouest de l'île sont déchiquetés en des centaines de fjords, parsemés de petits villages de pêcheurs.

Le mot fjord vient du norrois "fjärd" qui signifie "Passe maritime" ou "chenal". D'une manière générale, un fjord est une ancienne vallée glaciaire, dont la glace a fondu, laissant place à des parois très abruptes.

Formation du fjord

Elle s'étale sur plusieurs milliers d'années. Un glacier se forme durant une période glaciaire, puis se déplace dans les vallées fluviales. Lorsqu'il se déplace, il modifie considérablement le paysage : par son poids, il le déforme, l'érode. Les débris qu'il traîne forment ensuite des montagnes (verrou glaciaire). Finalement, le glacier stoppe sa progression et reste statique pour des milliers d'années.

À la fin de la période glaciaire, la glace fond. Elle laisse alors une immense vallée en forme de U. La vallée s'élargit et se sculpte. La fonte de la glace érode le fond des vallées et crée des fjords profonds, aux parois abruptes. Les cours d'eau qui coulaient alors dans les vallées fluviales se retrouvent très en hauteur par rapport au nouveau cours principal. Ils plongent donc dans la vallée en cascades ou en chute d'eau spectaculaires.

La stratification des eaux

L'eau est massivement omniprésente dans un fjord. Eau salée et eau douce se mêlent : d'un côté, le fjord est en contact avec la mer, de l'autre, il reçoit un apport d'eau douce grâce aux torrents et rivières qui se déversent, notamment après la fonte des neiges.

Conséquence : l'eau douce se mélange très lentement à l'eau de mer et forme en surface une eau peu salée.

De véritables courants animent les fjords : l'eau douce se mêle à l'eau salé en surface. L'eau plus salée, plus dense et plus froide, passe en dessous, avant de remonter en surface se mêler à l'eau douce, créant donc une circulation de l'eau. La superposition de ces deux couches s'appelle la "thermohalocline".

À l'étage encore en dessous sont les eaux dites profondes : très denses, presque stagnantes, que même l'eau très salée n'arrive pas à faire bouger.

Enfin, au fond du fjord se trouvent les sédiments. Ils sont amenés par les cours d'eau douce, et s'accumulent au fond des bassins.

Bien sûr, selon la profondeur du fjord, la salinité de l'eau et sa température, les strates sont plus ou moins profondes. De très nombreux paramètres font que chaque fjord est unique.

Quelques fjords d'Islande

Hvalfjörður : le fjord des baleines

Il est situé dans l'ouest du pays, juste au nord de Reykjavík. Son nom est bien sûr lié aux nombreux cétacés qui ont élu refuge dans ces eaux. Jusque dans les années 80, le fjord servait de base pour les baleiniers. L'une des stations de pêche les plus importantes du pays y était implantée.

Un tunnel de 5,7 km passe sous le fjord. Il permet de relier Reykjavík à Borganes sans faire tout le tour du fjord. À l'extrémité nord-ouest du fjord se trouve la plus haute cascade d'Islande : Glymur.

Seydisfjördur : le fjord du ferry

La ville du même nom se situe tout au bout de ce fjord. Son activité est principalement touristique, avec l'arrivée du Ferry en provenance des Iles Ferœs.

Skjálfandi : le fjord tellurique

Son nom veut dire : la baie des tremblements de terre. Les secousses sismiques sont fréquentes dans la région, sans toutefois être suffisamment puissante pour être ressenties par les habitants. Ce fjord est situé tout au nord de l'île. La ville d'Húsavík en borde la rive orientale.

Borgarfjörður

Ce fjord de l'ouest du pays est surtout connu pour avoir été le théâtre de l'une des plus célèbres des sagas islandaises : la Saga de Egill Skallagrímsson. Le père d'Egill est supposé être celui qui donna son nom au fjord, en fondant une ferme nommée Borg, près de la ville de Borgarnes.

Isafjördur

Situé dans le nord ouest du pays, une région très isolée, le fjord d'Isafjördur est l'un des plus beaux du pays, notamment grâce à son empilement de coulées basaltiques très anciennes.


(Haut de page)


Sources



Géologie de l'Islande

Documentaire Carnets de voyage, le tour du monde illustrée, croquis d'Anne Steinlein (lire son interview), Réalisation Philippe Crnogorac, 2007.

Documentaire Scandinavie sauvage : l'Islande, Arte, 2013.

Documentaire C'est pas sorcier - Islande, terre de glace et de feu, France 3.

Documentaire C'est pas sorcier - Islande, : une île qui souffle le chaud et le froid, France 3.

Islande, terre de feu, rêve de glace, Bousseaud, Romain Pages, 2005.

Toutes les sources du site Toute l'Islande ici.




© 2008-2014 www.toutelislande.fr - Copyright Aurore Guilhamet
Contact : toutelislande@hotmail.fr