Les légendes de la mythologie nordique

Plus d’un millénaire est passé depuis l’abandon de leur religion païenne par les anciens scandinaves. Le blanc christ a progressivement effacé des traditions les rites et mythes des anciens Dieux nordiques. Óðin, Þórr, Freyja... Sans les deux Eddas, aujourd’hui, personne ne connaîtrait leur histoire, et Tolkien n’aurait vraisemblablement pas écrit "Le Seigneur des anneaux".

Les sources

Pour ce qui est des sources contemporaines, peu d’éléments restent disponibles. Quelques gravures ou sculptures, quelques objets, tels que l’amulette en forme de marteau de Þórr… Les traces sont bien maigres.

Car les mythes païens se transmettaient principalement oralement. Ils étaient contés lors des longues soirées d’hiver, et transmises ainsi de génération en génération.

Après la conversion des scandinaves au catholicisme, la transmission s’est perdue, peu à peu. Certes ils n’ont pas abandonné leurs Dieux du jour au lendemain, mais en l’espace d’un peu plus d’un siècle, les mythes étaient en perdition.

L’Edda poétique est le premier texte à mettre par écrit certains de ces mythes. Dans le Codex Regius, 11 poèmes traitent de mythologie nordique : Þórr et le géant Thrym, Óðin suspendu à Yggdrasil pour acquérir la science des runes, les invectives de Loki, la capture du terrifiant loup Fenrir. ou la fameuse Völupsá, les prophéties de la voyante qui annonce le Ragnaröok.

Snorri Sturluson compléta ce texte avec son Edda en prose. Un manuel pédagogique à destination des jeunes scaldes. Si la dernière partie du livre est destinée à savoir composer un vers scaldique, les 3 premières en revanche distillent des mythes nordiques de première importance, notamment l’union de Njord et de la géante Skadi, la naissance de Sleipnir, la mort de Baldr.

Les scaldes eux-même dans leurs poèmes donnèrent quelques indications quant aux mythes nordiques. Des poèmes pour la plupart transmis oralement, puis transcrit par écrits après l’avènement du christianisme, et très complexes. Mais une source d’information très riche pour qui est capable de les comprendre.

    Les principaux mythes

Óðin et l'hydromel

Deux nains, Fialar et Galar tuèrent une créature crée par les Dieux, nommé Kvasir, et utilisèrent son sang pour fabriquer trois chaudrons d’hydromel, cette boisson magique qui donne le don de la poésie à quiconque en bois une gorgée. Les deux nains durent cependant céder le précieux breuvage en compensation après avoir tué deux géants. Le fils orphelin Suttung est le nouveau possesseur de l’hydromel, et charge sa fille Gunnlod de le protéger.

Óðin déguisé, arrive près de l’endroit où est gardé le nectar. Après avoir tué par la ruse tous les ouvriers de Baugi, le frère de Suttung, il annonce pouvoir accomplir le travail de neufs hommes en échange d’une gorgée d’hydromel. Baugi accepte.

Le géant va devoir percer un trou dans la montagne pour permettre à Óðin, transformé en serpent d’arriver près du breuvage. Une fois chose faite, il séduit la gardienne Gunnlod, passe trois nuits avec elle, et la convint de lui laisser prendre trois gorgées, mais vida ainsi tous les récipients. Óðin se transforme alors en aigle et s’enfuit. Arrivé à Asgard, il recracha le breuvage, et se chargera de donner cet hydromel poétique aux Dieux ou aux hommes doués pour la poésie.

Þórr et le géant Geirod

Loki, fauteur de troubles habituel, est capturé par le géant Geirod qu’il venait d’espionner déguisé en aigle. En échange de sa libération, il réussit à faire venir dans le royaume Þórr sans son marteau ni sa ceinture de force.

Sur la route, Þórr est mis en garde par une géante : Geirod est sanguinaire. Pour le protéger, elle offre au Dieu une ceinture de force, un bâton et des gants de fer.

À un passage à gué, Þórr est subitement emporté par une crue provoquée par la fille de Geirod qui urine dans la rivière. Il jette un énorme rocher sur la géante et s’en sort.

Arrivé chez Geirod, Loki et Þórr sont logés dans une étable, avec une seule chaise. Mais à peine Þórr s’est-il assis, le frêle objet se soulève aussitôt et juste avant d’être écrasé, Þórr plante son bâton dans le plafond . Il entend alors un cri terrible, celui des filles de Geirod qui venaient d’essayer de le tuer à nouveau, et à qui le bâton avait brisé les reins.

Þórr se dirige alors dans la salle de réception. Dès son entrée, un géant s’empare d’un morceau de fer chauffé au rouge et le lance sur le Dieu. Mais Þórr avait veillé à mettre ses gants de fer. Il se saisit du projectile et le renvoi sur Geirod qui, bien que protégé par un pilier, est transpercé.

Loki et la mort de Baldr

Sans doute l’un des mythes les plus connus de la mythologie nordique.

Baldr est le plus beau, le plus honnête, le plus aimé de tous les Dieux. Mais Baldr a fait un cauchemar. Il rêve de sa propre mort. Pour percer les secrets de ce sombre présage, son père Óðin part au royaume des morts demander une explication. Et la voyante lui répond : c’est Höðr qui tuera Baldr.

Pour protéger son fils, Frigg sa mère, décida elle de faire prêter serment à toute chose vivante pour qu’elles ne blessent pas Balrd. Une fois chose faite, pour vérifier l’invulnérabilité de Baldr autant que pour s’amuser, les Dieux commencent à jeter des objets sur leur ami. Sans dommages.

Mais Loki est jaloux. Déguisé en femme, il va voir Frigg, et obtient l’explication de sa protection, mais surtout apprend qu’un minuscule brin de gui, en apparence inoffensif, n’a pas prêté serment. Fort de cette information, Loki part cueillir le brin en question, et revient voir Baldr. Là, il s’approche de Höðr, aveugle. Il convint le Dieu bien que non-voyant de participier aux réjouissances en lançant lui aussi un objet à Baldr. Et il lui tend le brin de gui. Höðr le lance, et le gui vient se ficher dans le cœur de Baldr qui tombe mort.

Hermod part alors pour Hel, le royaume des morts, demander grâce pour Bald. Monté sur Sleipnir, il franchit sans problème le portail qui garde l’entrée de Hel. La déesse, fille de Loki, accepte, à condition que tout être, vivant ou inanimés, pleurent le Dieu. Hermod fait savoir la décision de Hel, et partout des ambassadeurs diffusent la nouvelle. Et tous, homme, animaux, plantes, et pierres, pleurèrent le Dieu.

Tous à une exception près : une géante appelée Thokk :

"Vif ou mort, le fils de l’homme ne m’a jamais rendu le moindre service.
Que Hel conserve son bien"

Thokk est en fait Loki déguisé. Son subterfuge fonctionne, Baldr ne reviendra pas du royaume des morts.

Mais cette fois, les actes du Dieu fourbe ne resteront pas impunis. Loki est poursuivi par ses pairs qui veulent le juger et le condamner.

Loki s’enfuit, et trouve refuge dans une maison. Le jour, il se transforme en saumon, et se cache sous la cascade. Il réfléchit aux moyens qu’auraient les Dieux de l’attraper. Il invente alors le filet de pêche. Óðin, assit sur son trône, l’aperçoit alors, et lance les Dieux à sa poursuite. Loki jette le filet dans le feu et plonge dans l’eau. Mais Kvasir (celui dont le sang deviendra hydromel) comprend ce qu’a voulu faire Loki, fabrique un filet similaire, et après deux tentatives, les Dieux capturent Loki.

Il est alors ligoté sur trois grosses pierres et suspendirent du venin au-dessus de sa tête. Sa femme, Sigyn, recueille les gouttes du poison dans une coupelle, mais à chaque fois qu’elle doit la vider, des gouttes touchent le visage du Dieu qui trésaille si violemment qu’il crée les tremblements de terre. Loki ne se défera de ces liens que le jour du Ragnarok.

Freyr et la Géante Gerd

L’un des rares mythes consacrés à un Dieu Ase.

Freyr aperçoit un jour depuis le trône sacré de Óðin, Hlidskiaf, une géante splendide. Freyr tombe aussitôt amoureux, et se morfond. Finalement, il se confie à son écuyer, Skirnir, et le presse d’aller courtiser pour lui la belle géante. Skirnir par donc, sur le plus cheval de Freyr, armé de sa plus belle épée, et chargé d’or en cadeau. Mais la géante refuse les cadeaux, résiste aux intimidations, mais fini par céder, et accepte de rencontrer Freyr dans neuf nuits. L’amoureux impatient répond alors :

"Longue est une nuit, et deux plus longues encore
Comment survivrai-je à trois nuits ?
Souvent un mois m’a semblé s’envoler plus vite
Que cette demi-nuit de Noce."

Mais cette passion a un prix. Freyr s’est défait de son arme. Il ne pourra défendre son royaume lors du Ragnarok.


  Accueil   |   Carte   |   Photos   |   Sources
 
Mythologie
Les Vikings
L'Islande
Archéologie