Traditions islandaises



Les traditions islandaises sont multiples et diverses. Ne sont dressées ici que quelques unes d'entre elles, comme le Noël islandais et ses lutins, la journée du mouton ou encore l'influence de l'alcool dans ce pays isolé pendant longtemps.



Noël



Jól

Les Islandais adorent Jól, ou Noël. Pas de Père-Noël tout de rouge vêtu pour les petits islandais, mais 13 petits lutins, les jólasveinar.

Ces lutins sont les fils de Grýla, dont le plat préféré est la viande d'enfants méchants. Elle fait tellement peur aux petits islandais, qu'une loi a été votée interdisant aux parents de parler d'elle aux enfants.

Les jólasveinar eux-même n'étaient guère gentils : durant 12 jours avant Noël, ils viennent à tour de rôle rendre visite aux habitants, pour leur jouer de vilains tours : ils les taquinent, les volent, claquent les portes... Mais avec l'apparition du très médiatique Père-Nœl, ils se sont assagis et préparent désormais les cadeaux pour les enfants islandais.

Chaque nuit, ils déposent donc un petit cadeau dans la chaussure des enfants.

Mais attention, s'ils n'ont pas été sages, le cadeau sera une vieille pomme de terre.

Le jour de Nœl, c'est au tour du chat de Grýla de venir dans la maison. Il est là pour enlever tous les enfants qui ne portent pas de vêtements neufs. c'est pourquoi tous les petits Islandais reçoivent un vêtement neuf pour Noël.


Les 13 lutins de Jól :

- Stekkjastaur : celui qui guette les agneaux dans l'enclos

- Giljagaur : celui qui se faufile par les ravins

- Skyrgámur : celui qui mange le skyr (fromage blanc)

- Þvörusleikir : celui qui lèche les cuillers en bois

- Pottasleikir : celui qui lèche les marmites

- Askasleikir : celui qui lèche les bols

- Hurðaskellir : celui qui claque les portes

- Stúfur : petit bonhomme

- Bjúgnakækir : celui qui vole les saucisses

- Gluggaægir : celui qui regarde par la fenêtre

- Gáttaþefur : celui qui renifle aux portes

- Ketkrókur : celui qui vole la viande

- Kertasníkir : celui qui renifle les bougies


Ces dernières années, de nouveaux lutins plus modernes sont venus compléter la petite bande : Kortaklettar, le coupeur de carte bancaire (pour ceux qui ont trop dépensé à Noël) ou Faldafeykir, celui qui soulève les jupes des dames.

Cette légende des 13 lutins est prise tellement au sérieux par la population islandaise que les médias eux-même relatent, les matins précédent Noël, les exploits des jólasveinar :

"Pottasleikir est descendu en ville dans la nuit. Il s'est introduit dans une maison dont il avait appris que les occupants avaient fait hier soir un plat qui avait fortement "attaché" le fond de la casserole. Mais ces gens avaient mis leur casserole à tremper dans l'évier, recouverte de liquide-vaisselle. Le malheureux Pottasleikir, n'écoutant que sa gourmandise, a gratté le fond et s'est intoxiqué avec le liquide-vaisselle qui imprégnait la délicieuse croute attachée au fond !

Fortement nauséeux, il est passé ensuite à l'hôpital de Reykjavík pour demander des soins. On lui a administré un anti-vomitif et un traitement anti-poison, après quoi il a pu - heureusement ! - continuer sa tournée de distribution de cadeaux.

Interviewé par notre reporter sur son lit d'hôpital, il a déclaré tout confus : "Je pensais que j'allais me régaler ... ! Comment aurais-je pu savoir que ce liquide vert n'était pas comestible ?"



Le solstice d'été



Le jour le plus long de l'année, le 21 juin. c'est la nuit blanche, saluée dans tout le pays comme il se doit. L'Islande n'est qu'à la limite du cercle polaire, donc, le soleil se couche, même brièvement : seulement 25 minutes à Akureyri (de 1h02 à 1h27 du matin).



La lecture et l'écriture



Tout islandais, même le plus isolé des fermiers, possède chez lui des livres. Au minimum, la bible, les sagas, et un livre de Laxness. Les livres font partie intégrante de la vie en Islande. Avant l'indépendance, les fermiers qui ne pouvaient se payer de livres, recopiaient à la main des copies empruntées. Aujourd'hui, bien sûr, la diffusion est plus facile. Dans le pays, tout le monde sait lire et écrire. Un auteur peut d'ailleurs facilement se faire publier.



L'alcool



Boire est une véritable tradition nationale. Au point que, il y a quelques dizaines d'années, l'alcoolisme était devenu un fléau engendrant violence et délinquance. Les autorités ont donc décidé d'instaurer la prohibition, levée il y a une dizaine d'années. La consommation a donc repris, avec ses problèmes, surtout le week-end, malgré le coût prohibitif des alcools forts.

La chanteuse Björk, elle-même, a avoué boire une bouteille de vodka au goulot tous les vendredis soirs, et ce, depuis ses 15 ans. Une tradition ancestrale, puisque ses parents et grands-parents faisaient la même chose.



La journée du mouton



c'est peut-être le jour le plus important de l'année pour les Islandais non-urbains. Le grand rassemblement de moutons. Autrement dit, le jour où l'ensemble de la population part dans la nature chercher les moutons éparpillés. Car les ovins sont en totale liberté une partie de l'année. Pour que chacun retrouve son bien, une seule solution : rassembler toutes les bêtes, et les trier propriétaire par propriétaire. Autant dire que la tâche est longue.

Il n'y a pas de jour fixe pour le jour du mouton. Mais il est toujours organisé en début d'automne. Et le jour dit, le rituel est immuable.

Tôt le matin, les Islandais partent à cheval chercher les moutons. Ils les ramènent par petit groupe près d'un enclos. Cet enclos est divisé en section plus petites disposées en étoiles. Les moutons sont dirigés au centre et selon leur signe distinctif, sont amenés dans l'enclos de leur propriétaire. Toute aide est appréciée, notamment pour diriger les moutons vers l'entrée de l'enclos : 200 têtes doivent passer dans un goulot de 2 mètres de large.

La journée se termine par une grande fête populaire.



Sources



Toutes les sources du site Toute l'Islande ici.


(Haut de page)



© 2008-2014 www.toutelislande.fr - Copyright Aurore Guilhamet
Contact : toutelislande@hotmail.fr