Gastronomie islandaise



L'Islande n'est pas réputée pour sa gastronomie. Les noms de certains plats traditionnels dont sont friands les Islandais ne sont pas encourageants : tête de mouton bouillie, testicules de bélier, requin faisandé, nageoires de phoque. Cela peut dégoûter les mangeurs de grenouilles que nous sommes. …

Bien sûr, ces plats sont les plus exotiques.

Dans les faits, les produits locaux, notamment le poisson ou la viande de mouton, sont les plats les moins chers. Les fast-foods se font de plus en plus présents. Une grande chaine américaine avait ouvert deux restaurants à Reykjavík, contrainte de les fermer en 2009 à cause de la crise économique. Dans les campagnes, le seul moyen de manger reste souvent le self de la station service. Mais ne repartez pas du pays sans avoir goûté le Skyr, à mi-chemin entre le yaourt et le fromage blanc. Ce dessert désormais typiquement islandais oscille entre acide et sucré. Un régal à accommoder selon ses goûts.

Quant à l'alcool, il est tout simplement inabordable, y compris la bière islandaise. Il y a encore une vingtaine d'année, il était interdit de vendre de l'alcool en Islande. Aujourd'hui, sans prohibition, il reste très difficile et très cher de boire, les alcools forts étant taxés à 1000%.

Parmi les boissons alcoolisées préférées des islandais, deux compositions maison : l'Aquavit (sorte de vodka) et le Brennivín ou "mort noire" (alcool de pomme de terre).

Ci-dessous deux recettes tirées du livre d'Auður Ava Ólafsdóttir, L'embellie, chez Zulma.




(Haut de page)


Architecture islandaise



Si l'Islande est un pays essentiellement tourné vers la nature, cela se ressent dans l'architecture de ses bâtiments. Des fermes imbriquées dans le relief des collines à l'Hallgrímskirkja dessinée sur le modèle de l'orgue basaltique, en passant par l'Alþing construit à partir de lave.

Les fermes

Les fermes islandaises, premières habitations des colons, sont une des attractions du pays. Très caractéristiques de la culture islandaise, elles sont enchevêtrées dans la nature, parfois encastrées dans les collines.

Essentiellement construites en tourbe, puis en bois, les fermes isolées (quand elles ne sont pas troglodytes) sont recouvertes de tourbe, de chaume et d'herbe. Les toits descendent très bas, près du sol, si bien qu'il peut être difficile de les distinguer parmi les montagnes et les espaces verdoyants. Seule la façade, en bois, simple, transparaît.

Les maisons islandaises

Les Islandais prêtent peu d'attention à la beauté extérieure de leur maison. Pour eux, ce qui compte, c'est ce qu'il se passe à l'intérieur. C'est pour cela que la plupart d'entre elles sont d'apparence simple. Blanches pour beaucoup, rouges ou bleues pour certaines, les maisons islandaises se démarquent surtout par leurs toits colorés, souvent en simple tôle.

L'Alþing

Le bâtiment du parlement islandais a été construit en 1881. Il brille par son originalité puisqu'il est construit en pierre de lave noire.

Hallgrímskirkja

La cathédrale de Reykjavík a été initiée par l'architecte Samúelsson (1870-1950). Les travaux se sont étalés sur plus de quarante ans, de 1945 à 1986. Matériau principal : le béton. Sa particularité : son design est une référence aux orgues basaltiques de l'Islande, colonnes régulières et verticales de basalte.

Sa flèche mesure 75 mètres, ce qui a fait de ce bâtiment le plus haut d'Islande, jusqu'à l'inauguration de la tour Smáratorg en 2008. Sur la place de l'église, trône la statue de Leifr Eríksson, le plus célèbre explorateur islandais. Son orgue possède plus de 5000 tuyaux, ce qui le rapproche modestement du plus grand orgue de France avec près de 8000 tuyaux, celui de Notre-Dame de Paris.

La mairie de Reykjavík

La mairie de Reykjavík, fraîchement bâtie (1992), n'est pas le monument préféré des islandais. En fait, la plupart d'entre eux le trouve profondément laid. Construite sur pilotis, au bord du lac Tjörnin, la mairie est un gros bloc de béton gris, dénotant gravement d'avec les toits colorés de la ville et l'esprit frais et nature de l'Islande.


(Haut de page)


La consommation



Dès leur indépendance, les Islandais se sont lancés dans une frénésie de consommation. Notamment en matière de nouvelles technologies : téléphones portables (il y en a plus que d'habitants), ordinateurs et accès Internet (96% des foyers équipés en 2011), voitures (644‰ contre 481‰ en France). En revanche, seul un foyer sur deux possède une télévision.

Tout commence en 1905, quand l'Islande est enfin reliée au monde extérieur. Grâce à une immense antenne toujours visible aujourd'hui à côté de la maison Höfði, les Islandais se connectent au monde.

En terme économique et social, l'Islande était une vraie réussite. La sécurité sociale et les salaires indexés sur les coûts de la vie permettaient au pays d'avoir un pouvoir d'achat et un niveau de vie parmi les plus élevés d'Europe.

Une réussite, jusqu'à ce fameux mois d'octobre 2008 qui a vu chuter la couronne islandaise. La crise financière mondiale a stoppé net l'économie islandaise. Ce pays du quasi plein-emploi risquait la faillite. Son PIB a dégringolé, la croissance a reculé, le chômage a augmenté et ainsi de suite. Mais c'est sans compter sur la force de réaction des Islandais. Ils ont déjà vécu des moments difficiles et cette crise ne représente qu'un nouveau défi. En quelques années, ils sont parvenus à inverser les mauvaises courbes. L'Islande a perdu son statut de nation la plus heureuse au monde au profit du Danemark, mais reste tout de même à la neuvième place.




(Haut de page)


Conduire en Islande



Difficile de se perdre sur les routes islandaises. Sur les grands axes en tout cas. Et pour cause, une seule route, la n°1 fait tout le tour de l'île. Cette route est goudronnée, en grande partie, et suit en gros le littoral de l'île en passant par toutes les grandes villes d'Islande.

Toutes les voitures peuvent utiliser cette route, où la vitesse est limitée à 90km/h. C'est l'équivalent de nos autoroutes.

En revanche, lorsque l'on entre dans l'intérieur du pays, les choses se corsent. Certains panneaux relèvent plus du chinois que de l'islandais. Et à moins de vraiment savoir où l'on va, difficile de s'y retrouver. D'autant que les routes font plus figure de chemins, couvertes de graviers, défoncées par les intempéries, où deux véhicules peinent à se croiser.

Enfin, les routes de montagne (dont le nom commence par F) sont, elles, réservées exclusivement aux 4X4. Le plus souvent simples pistes de terre, elles sont semées d'embûches, comme les gués.

Le tout est, de plus, compliqué par les conditions météorologiques. Une grande partie de ces routes sont fermées l'hiver, notamment à cause de la neige. Sur les routes restées ouvertes, les conducteurs doivent gérer verglas, neige et pluie.

Dernier détail : les animaux vivent en liberté. Ils peuvent se balader sur les routes ou les chemins sans être inquiétés. À charge au conducteur d'être vigilants. Car s'il percute un mouton ou autre, il est considéré comme responsable et tenu de payer des dédommagements aux propriétaires.


(Haut de page)


De Code Genetics



De Code Genetics est un laboratoire, dont l'implantation a été très controversée. En 1996, ce groupe pharmaceutique est créé par un islandais, Kári Stefánsson.

Le but ? Se servir des codes génétiques de la population afin de trouver des médicaments. L'Islande, pays aux gènes très purs, est le terrain idéal pour ces recherches, car l'insularité de l'île a évité le brassage génétique et facilite donc le travail des chercheurs.

La base de données

Mais le groupe veut aller plus loin. De Code Genetics veut créer une base de données rassemblant les informations génétiques de la population. En 1998, peut-être moyennant une grosse donation (les rumeurs faisaient état de 250.000$), le parti de l'indépendance qui gouverne le pays, donne au De Code Genetics le droit de créer et utiliser cette base de données pendant 12 ans, à condition que les informations recueillies restent anonymes.

Si certains Islandais, un peu moins de 20.000, ont accepté de rendre public leur matériel génétique, la plupart sont contre le projet. Ils ont notamment peur de la divulgation de ces informations, et donc de la violation de leur vie privée.

En 2003, la Cour Suprême islandaise annule finalement l'accord. De procédures en procédures, De Code Genetics n'aura jamais pu utiliser la base de données.

Néanmoins, le laboratoire poursuit ses recherches. N'importe qui peut d'ailleurs, en échange d'un peu moins de 1000 dollars, faire analyser son matériel génétique. Une analyse qui permet de savoir si l'on est sujet aux maladies d'Alzheimer, aux crises cardiaques ou aux cancers.


(Haut de page)


Droits homosexuels



Il fut un temps, peu éloigné, où le seul terme qui existait pour désigner un homosexuel en islandais était 'kynvilla', c'est-à-dire, 'aberration sexuelle'.

Il aura fallu plus de 10 ans de lutte pour voir enfin apparaître des mots non-péjoratifs, les créant de toute pièce comme il est souvent d'usage en islandais. Désormais, les Islandais parleront de 'lesbia' (lesbienne), 'hommi' (gay) et 'amkynhneigð' (homosexuel).

Car l'Islande avant les années 90 ne brille pas pour sa tolérance envers la communauté gay. Les coming-out publics sont quasi inexistants, certaines discothèques interdisent leurs entrées aux couples de même sexe.

Finalement, au début des années 90, l'Alþing passe une loi pour lutter contre la discrimination. L'organisation islandaise gay et lesbienne est de plus en plus puissante et les mentalités évoluent.

En l'espace de quelques années, l'Islande est devenu un modèle de tolérance. Les unions gay sont possibles depuis 1996. Sans porter le terme de mariage, dans les faits, les droits sont les mêmes que pour des couples hétérosexuels. L'adoption est, elle, permise depuis 2006.

Quand aux Islandais, ils acceptent volontiers l'idée d'une différence d'orientation sexuelle. Afficher son homosexualité dans les villes islandaises n'est plus un problème.

Le succès de la gay-pride à Reykjavík, organisée depuis 1999, est le symbole de cette tolérance : 90.000 personnes sont venues, cette année, assister au défilé et aux spectacles organisés pour l'occasion.

Jón Gnarr, le maire de Reykjavík, prouve l'acceptation actuelle en se déguisant en femme lors des gays pride.


(Haut de page)


Sexe et amour en Islande




Dans le cadre de son émission, "L'amour et le sexe dans le monde", Brigitte Lahaie a invité Toute l'Islande à parler de ce sujet sur RMC. Écoutez le podcast de l'émission.

Le statut de la femme, l'amour dans les textes, une pudeur de la sexualité, un taux de fécondité élevé, retrouvez toutes les informations sur la vision de l'amour à l'islandaise.




L'éducation



Intellectuellement parlant, l'Islande est un pays très riche. À titre d'exemple, un Islandais sur 10 publie un livre un jour, l'Islande détient le record du nombre de livres parus par habitant. La langue, le norrois, est ardemment défendue. Sans parler de Laxness, son Prix Nobel, aujourd'hui encore considéré comme l'un des plus grands personnages islandais de tous les temps.

Étudier en Islande

L'éducation islandaise est bâtie autour d'un principe simple : l'égalité des chances. Quel que soit son sexe, son âge, sa classe sociale, son lieu d'habitation ou son handicap éventuel, tous les petits Islandais sont égaux. La plupart des établissements scolaires sont publics. Le jeune Islandais apprend d'abord la tolérance et les principes démocratiques. Les études supérieures sont ouvertes à tout étudiant de plus de 18 ans, toujours avec le même principe d'égalité des chances.

Selon une étude de 2007, l'Islande est le 2ème pays adhérant à l'UNESCO en ce qui concerne le % du PIB consacré à l'éducation : 7.6% contre 5.4% en moyenne pour les autres pays. 30% des islandais sont scolarisés. Par ailleurs, l'Islande est le pays où les classes sont les moins chargées.

La défense de l'islandais

La défense de la langue nationale, notamment face aux intrusions incessantes des mots anglais, est devenue une priorité. Le ministère de la Culture et de l'Éducation a même débloqué une enveloppe de 1,4 milliard de couronnes, pour des actions en faveur de la défense de l'Islandais. Depuis 2008 est organisée la "journée annuelle de la langue nationale".

Le rôle des femmes

80% des femmes islandaises sont actives. Et l'Islande est le pays qui possède un des meilleurs indices humains. Concrètement, le pays où les gens sont le plus heureux. Pour Ingibjörg Sólrún Gísladóttir, ministre des affaires étrangères de 2007 à 2009, il faut voir un lien très proche entre ces deux informations. Elle a déclaré à la tribune de l'ONU début 2008, lors d'une commission sur le statut des femmes, que l'indice humain de l'Islande n'est pas sans rapport avec l'activité des femmes.

Il est vrai que les femmes ont un rôle de premier plan dans le pays. Au milieu du siècle dernier existait d'ailleurs un parti politique 100% féminin. L'élection de la première femme présidente, Vigdís Finnbogadóttir, en 1980, est la preuve de l'avance de l'Islande dans ce domaine par rapport à d'autres pays, et notamment la France.


(Haut de page)


L'armée



L'Islande n'a pas d'armée et n'en a jamais eu. C'est un pays neutre depuis 1918, malgré son soutien ouvert aux États-Unis. La seule force armée du pays fut pendant longtemps la base militaire américaine implantée à Keflavík, à côté de Reykjavík.

Cette base accueillait environ 3000 soldats durant la guerre froide. L'Islande était un point stratégique géopolitiquement parlant. En 1941, l'Islande et les États-Unis signèrent un traité, autorisant le stationnement de troupes US sur le territoire en échange de leur protection. Dix ans plus tard est signé un traité de défense : l'Iceland Defense Force.

Aujourd'hui, la présence militaire n'est plus qu'anecdotique. Les soldats ont quitté l'île, la base a été temporairement abandonnée en septembre 2006. L'OTAN a confirmé en février 2008 l'envoi de nouvelles troupes pour suppléer les Américains. Premiers de cordée, les Français. Quatre Mirages 2000 ont patrouillé au-dessus de l'île durant l'été 2008.

L'arrivée des soldats a provoqué un important chamboulement dans l'île. 50.000 alliés étaient basés sur l'île durant la seconde guerre mondiale. Soit l'équivalent d'un tiers de la population totale.

L'Islande était auparavant un pays fermé, isolé du monde. Le choc culturel et technologique fut rude. L'impact économique frappant. Si l'Islande a pu entrer de plain-pied dans l'ère moderne, ce fut en grande partie grâce aux soldats américains.

Exemple parlant, la télé : la seule chaîne que connut l'Islande pendant 20 ans fut la télé américaine diffusée depuis la base. Malgré tout, les boys devaient rester discrets et avaient l'interdiction de sortir en uniforme. Les Américains ne pouvaient pas envoyer de soldats noirs. Ne surtout pas se faire remarquer et éviter toutes tensions avec les locaux.

Quelques manifestations populaires, plus ou moins violentes, contre la présence militaire eurent bien lieu en 1946, tout comme, trois ans plus tard, lors de l'adhésion du pays à l'OTAN. La plupart orchestrée par le Parti Communiste. Le pays a été divisé durant de nombreuses années à ce sujet. Mais la protection militaire rassura malgré tout une majorité d'Islandais aux moments les plus tendus de la guerre froide.

En 2008, l'Islande a été élu "pays le plus pacifique au monde".


(Haut de page)


Sources



Islande, Le Routard, Hachette.

Islande, Lonely Planet.

Islande, Guide Vert, Michelin.

Islande, Le Petit Futé.

Islande, Guide du Voyageur, Marcus, 2006.

Site de Reykjavík

Site de la cathédrale de Reykjavík

Les échos Data

De Code Genetics

Conduire en Islande

Université d'Islande

Toutes les sources du site Toute l'Islande ici.



(Haut de page)



© 2008-2014 www.toutelislande.fr - Copyright Aurore Guilhamet
Contact : toutelislande@hotmail.fr